Prophet's Time

Dans le cadre de la Biennale Némo
Galerie Julio Gonzalez, Arcueil, du 10 novembre au 23 décembre 2017

Prophet's Time

Les nouveaux prophètes, aujourd’hui, ne sont que les interprètes de paroles computationnelles. Aussi, c’est avec la précision des machines qu’ils nous annoncent des mondes meilleurs depuis la Silicon Valley. De son côté, Jean-Benoit Lallemant nous donne des lectures, relativement factuelles, du monde en ce début de XXIe siècle qu’André Malraux, déjà, envisageait mystique. Usant inévitablement des technologies de son temps, Jean-Benoit Lallemant les additionne aux matériaux traditionnels de l’histoire d’un art intégrant les découvertes comme les innovations pour en faire parfois la critique. Au point culminant d’un affrontement entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, il en évoque les dirigeants tout en initiant de possibles réflexions que les spectatrices et spectateurs de son exposition s’approprieront. Le territoire est une des problématiques centrales de son œuvre qui se déroule au gré des évolutions sociétales dont les médias en réseau font écho. Mais il nous apparaît à la connaissance en profondeur des pièces qui jalonnent le travail de Jean-Benoit Lallemant qu’il est aussi question de la relation du visible à l’invisible. Quand le contrôle doit faire face à la fuite et quand les initiatives se retournent d’elles-mêmes contre celles ou ceux qui les ont mises en place. Son travail plastique aux composants qui s’entremêlent inextricablement nous révèle la complexité du monde. Les données qu’il extrait de serveurs, en se les appropriant, nous permettent de le visualiser autrement et selon des points de vue résolument contemporains.

ARTISTE _ Jean-Benoit Lallemant.

L’origine du monde (numérique)

Avec Gilles Alvarez et dans le cadre de la Biennale Némo
Cité Internationale des Arts, Paris, du 15 au 25 novembre 2017

Chronos 10

Nicolas Schöffer, Chronos 10 , 1969.

L’Origine du Monde (numérique) réactive trois temps forts de la fin des années soixante où l’on repère une intense activité à la croisée des arts et des technologies. A commencer par les 9 Evenings: Theatre and Engineering qui se déroulent à New York en 1966. Car elles sont aussi à l’origine du groupe Experiments in Art and Technology que fondent officiellement les ingénieurs Billy Klüver et Fred Waldhauer avec les artistes Robert Rauschenberg et Robert Whitman en 1967. Sur la côte Ouest des Etats-Unis et toujours en 1966, c’est au Los Angeles County Museum of Art que Maurice Tuchman initie l’Art and Technology Program visant à mettre en relation des artistes comme Andy Warhol avec des marques américaines. Enfin, c’est en 1968 que la curatrice Jasia Reichardt organise l’exposition Cybernetic Serendipity à l’ICA de Londres.

ARTISTES _ ScanLAB, Nicolas Schöffer.

DOCUMENTATION _ Art and Technology Program, Cybernetic Serendipity, Experiments in Art and Technology.

Variation Artjaws Media Art Fair

Dans le cadre de la Biennale Némo
Cité Internationale des Arts, Paris, du 15 au 25 novembre 2017

Variation Artjaws Media Art Fair

Variation Art Jaws est une foire d’art contemporain digital à la scénographie ouverte

ARTISTES _ Hélène Bellenger, Martin Bricelj Baraga, Thibault Brunet, Yuxi Cao (James), Charles Carmignac, Félicie d’Estienne d’Orves, Gregory Chatonsky, Pascal Dombis, Thierry Fournier, Virgile Fraisse, Benjamin Gaulon, Pascal Haudressy, Eduardo Kac, Esmeralda Kosmatopoulos, LAb[au], Jean-Benoit Lallemant, Pe Lang, Fabien Léaustic, Marie Lelouche, Soliman Lopez, Xavier Lucchesi, Mathieu Merlet Briand, Jonathan Monaghan, Philippe Perrin, Bertrand Planes, Lucie Planty, Sabrina Ratté, Po Sim Sambath, Stéphane Simon, Dominique Sirois, Jeanne Susplugas, Javiera Tejerina-Risso, Myriam Thyes, Lukas Truniger, Miyo Van Stenis, Mégane Voghell.

Variation Media Art Fair

Cité Internationale des Arts, Paris, du 17 au 23 octobre 2016

Variation Media Art Fair

Variation est une foire d’art contemporain digital à la scénographie ouverte.

ARTISTES _ Jeremy Bailey, Marion Balac, Laurent Bolognini, Jeanne Briand, Thibault Brunet, Elias Crespin, Magali Daniaux & Cédric Pigot, Fred Delangle, Caroline Delieutraz, Alix Desaubliaux, Judith Deschamps, Côme Di Meglio, Renaud Auguste-Dormeuil, Félicie d’Estienne d’Orves, Thierry Fournier, Klaus Fruchtnis, Masaki Fujihata, Shaun Gladwell, Joe Hamilton, Pascal Haudressy, Jean Hubert, Tomek Jarolim, Carine Klonowski, Fabien Léaustic, Joanie Lemercier, Eliott Paquet, Michel Paysant, Bertrand Planes, Dani Ploeger, Ratsi, François Ronsiaux, Lisa Sartorio, Fito Segrera, Sliders Lab, Pierrick Sorin, Jeanne Susplugas, Systaime, Flavien Théry, Ali Tnani, Yann Toma, Santiago Torres, Raul Valverde, Visual System.

A Day's Pleasure

Avec Carlos Sanchez et dans le cadre de Nuit Blanche
Ecole Renard, Paris, le 1er octobre 2016

A Day's Pleasure

Dans une relative obscurité, il y a cette chaise et elle est seule. Car c’est elle, cette fois-ci, qui a eu raison de celui qui en envisageait l’usage. Chaplin, en d’autres temps, s’en serait débarrassé en la passant par dessus bord à l’occasion du film A Day’s Pleasure. Mais qui ne s’est jamais acharné contre une chaise longue pliante dont on ne saisira jamais véritablement le confort d’utilisation ? L’artiste français Jérémy Gobé, en collaboration avec Christian Laroche, a donc décidé d’en accepter les caprices en la libérant enfin de ses possibles utilisatrices ou utilisateurs obstinés. Enfin seule, elle performe sous la lumière qui la magnifie. Quand le silence n’est rompu que par les sons inhérents à ses mouvements de balancier. Sans humain aucun, elle a perdu sa valeur d’usage au moment précisément où elle a fait œuvre de son autonomie. Libérée des poids qui la contraignaient, elle semble même échapper à toute forme de gravité. L’extrême souplesse de ses ondulations répondant aux contrepoids machiniques qui l’animent. Quand elle n‘est plus que légèreté et souplesse. Et que le tissu de ses voiles claque au vent de ses déplacements qui nous apparaissent totalement imprévisibles. Sa non prédictibilité constituant la qualité essentielle que jamais elle n’aura perdu. Ce qui, le temps d’une scène, exaspéra au plus haut point le personnage de Chaplin, aujourd’hui fait donc œuvre. Les temps modernes étant aussi ceux de la libération des objets qui, sans cesse, s’autonomisent davantage.

ARTISTE _ Jeremy Gobé.

Société de services

Plateforme, Paris, du 1er au 24 avril 2016

Compagny Services

Certains services, à l’ère de leur croissance exponentielle, participent activement à façonner cette société devenue nôtre. S’approchant « d’un coût marginal zéro », ils sont au centre de ce que l’essayiste américain Jeremy Rifkin nomme la Troisième Révolution industrielle. Quand il n’est plus une semaine sans que l’un d’entre eux fasse l’actualité sociale et politique ici ou ailleurs. Or le monde de l’art n’est pas étranger à cette croissance des services puisqu’il est des artistes pour s’en inspirer en proposant des objets aux allures de produits. L’Internet, inévitablement, regorge d’offres que ces mêmes artistes détournent ou utilisent comme on utilisait autrefois des outils ou techniques. A ceci près qu’ils en font aussi la critique. A la croisée des services que l’on nous offre ou plutôt que l’on nous impose et sans omettre ceux de l’obscur - comprenons du dark web - se cristallisent donc des pratiques artistiques qui ne sont pas sans évoquer celles, plus pop, des années soixante car documentant déjà la société en lui empruntant ses codes ou langages. Mais le monde a changé, ô combien ces dernières décennies, et les œuvres d’aujourd’hui sont à la mesure des bouleversements sociétaux que l’Internet n’a fait qu’initier en les rendant possibles. Il y a, chez l’essentiel de ces mêmes artistes, un désir commun de capturer ce qui s’inscrit d’ordinaire dans les flux. Ce faisant, ils nous donnent l’occasion d’en contempler les résonances, au-delà des écosystèmes des data pour les “penser” ailleurs et autrement.

ARTISTES _ Émilie Brout & Maxime Marion, Caroline Delieutraz, Pascal Dombis, Benjamin Gaulon & Martial Geoffre-Rouland, Carine Klonowski, Nicolas Maigret, Yann Toma.

Variation Show Off Media Art Fair

Dans le cadre de la Biennale Némo
Espace des Blancs Manteaux, Paris, du 19 au 25 octobre 2015

Variation Show Off Media Art Fair

Variation Show Off est une foire d’art contemporain digital à la scénographie ouverte.

ARTISTES _ Donald Abad, Memo Akten, Art Orienté Objet, Jean-Pierre Attal, Cécile Babiole, Marion Balac, Maurice Benayoun, Samuel Bianchini, Matthew Biederman, Julien Borel, François Brument, Christophe Bruno, Edmond Couchot, Luc Courchesne, Michaël Cros, Enora Denis, Quentin Destieu & Sylvain Huguet, Come di Meglio & Eliott Paquet, Pascal Dombis, Jas Domicz, Reynald Drouhin, fleuryfontaine, Lia Giraud, Shaun Gladwell, Juliette Goiffon & Charles Beauté, Claudia Hart, Pascal Haudressy, Catherine Ikam & Louis Fléri, Eduardo Kac, Jean-Benoit Lallemant, HeeWon Lee, Joanie Lemercier, Julio Le Parc, Selma Lepart, Juan Le Parc, Julien Levesque, LIA, Christophe Luxereau, Laurent Mareschal, Audrey Martin & Thomas Rochon, Mazaccio & Drowilal, Albertine Meunier, Barnabé Moinard, ORLAN, Alejandro Otero, Rolando Pena, Pascale Peyret, Bertrand Planes, Dani Ploeger, Olivier Ratsi, Théoriz Studio & Pia MYrvoLD, Patrick Tresset, Francois Vogel, Du Zhenjun.

Art et numérique en résonance :
Consequences

Dans le cadre de la Biennale Némo
Maison Populaire, Montreuil, du 7 octobre au 12 décembre 2015

Consequences

L’histoire de l’art est indissociable de celle des sciences qui sont à l’origine des innovations dont nous nous saisissons. Il est des œuvres qui ont émergé de la démocratisation du numérique alors que d’autres résultent de son usage, en laboratoire de recherche, des technologies bio ou nano qui lui sont conséquentes. La plupart des créations investissant le vivant ou l’infiniment petit sont issues de procédés numériques bien qu’elles soient présentables sans électronique aucune, sans même une alimentation électrique. C’est aussi le cas des objets ou sculptures de prototypage rapide qui renouvellent des pratiques artistiques en devenant accessibles à tous.

ARTISTES : Renaud Auguste-Dormeuil, Aram Bartholl, Valérie Belin, Laurent Bolognini, Thibault Brunet, Jean-Benoit Lallemant, Bertrand Planes, Rafaël Rozendaal, Clement Valla.

Art et numérique en résonance :
Ré-émergence

Maison Populaire, Montreuil, du 5 mai au 5 juillet 2015

Re-Emergence

L’émergence d’un médium, en art, induit de nouvelles tendances. Elle est aussi à l’origine de la réactivation, autrement, de pratiques historiques. Le traitement du nu, en peinture, s’est réactualisé au fil de l’arrivée du photographique et du vidéographique, jusqu’à l’ère où les images se calculent. Les mouvements, hier magnifiés, se contrôlent dorénavant numériquement. Et que dire du paysage, quand ce sont des machines qui sillonnent le monde pour en capturer les moindres recoins. Aux artistes contemporains de s’approprier les outils et contenus numériques pour que résonnent, dans leurs œuvres, des problématiques intemporelles.

ARTISTES _ Cory Arcangel, Elias Crespin, Caroline Delieutraz, Pascal Dombis, Benjamin Gaulon, Pascal Haudressy, ORLAN, Jacques Perconte, Flavien Théry.

Art et numérique en résonance :
Convergence

Maison Populaire, Montreuil, du 13 janvier au 4 avril 2015

Convergence

L’art et le numérique se confondent pour “raisonner” ensemble. Aujourd’hui, nombreuses sont les œuvres initiées grâce à un moteur de recherche ou un appareil mobile. Les pratiques artistiques et usages amateurs, en réseau, s’entremêlent. Pour faire œuvre, des artistes détournent les médias sociaux que tous nous nous approprions. Car les cultures du numérique sont aujourd’hui très largement partagées.

À la convergence de l’art et du numérique, il y a cette relation que nous entretenons à l’autre ou au monde. En réseau, nous sommes ici et là-bas à la fois, échangeant possiblement avec tous, autour d’une communauté toujours plus globale. Le numérique a investi toutes les sphères privées, publiques ou professionnelles de nos sociétés. Modifiant profondément nos rapports à l’autre. Il est alors des artistes qui représentent le monde tel qu’il est ou tel que nous le fantasmons alors que d’autres nous le révèlent autrement pour en faire la critique. Mais tous sont affectés, dans leur traitement artistique.

ARTISTES _ Samuel Bianchini, Marie-Julie Bourgeois, Émilie Brout & Maxime Marion, Petra Cortright, Olia Lialina, Christa Sommerer & Laurent Mignonneau, Samuel St-Aubin, Gwenola Wagon & Stéphane Degoutin, Du Zhenjun.

Show Off Variation Media Art Fair

Espace des Blancs Manteaux, Paris, du 20 au 26 octobre 2014

Show Off Variation Media Art Fair

Show Off Variation est une foire d’art contemporain digital à la scénographie ouverte.

ARTISTES _ Donald Abad, Memo Akten, Art Orienté Objet, Jean-Pierre Attal, Cécile Babiole, Marion Balac, Maurice Benayoun, Samuel Bianchini, Matthew Biederman, Julien Borel, François Brument, Christophe Bruno, Edmond Couchot, Luc Courchesne, Michaël Cros, Enora Denis, Quentin Destieu & Sylvain Huguet, Come di Meglio & Eliott Paquet, Pascal Dombis, Jas Domicz, Reynald Drouhin, fleuryfontaine, Lia Giraud, Shaun Gladwell, Juliette Goiffon & Charles Beauté, Claudia Hart, Pascal Haudressy, Catherine Ikam & Louis Fléri, Eduardo Kac, Jean-Benoit Lallemant, HeeWon Lee, Joanie Lemercier, Juan Le Parc, Selma Lepart, Julien Levesque, LIA, Christophe Luxereau, Laurent Mareschal, Audrey Martin & Thomas Rochon, Mazaccio & Drowilal, Albertine Meunier, Barnabé Moinard, ORLAN, Alejandro Otero, Rolando Pena, Pascale Peyret, Bertrand Planes, Dani Ploeger, Olivier Ratsi, Théoriz Studio & Pia MYrvoLD, Patrick Tresset, Francois Vogel, Du Zhenjun.

Show Off Media Art Fair

Avec La Délégation Générale du Quebec à Paris
Espace Pierre Cardin, Paris, du 21 au 23 octobre 2013

Show Off Media Art Fair

Show Off est une foire d’art contemporain digital à la scénographie ouverte.

ARTISTES _ Yacine Ait Kaci, Hugo Arcier, Art of Failure, Cécile Babiole, Gabriel Barcia-Colombo, Maurice Benayoun, Samuel Bianchini & Sylvie Tissot, Matthew Biederman, Vincent Broquaire, Thibault Brunet, Alexandre Castonguay, Christophe Bruno & Cécile Noguès, Grégory Chatonsky, Miguel Chevalier, Luc Courchesne, Magali Daniaux & Cédric Pigot, Magali Desbazeille, Djeff, Pascal Dombis, Jean Dubois, Renaud Duval, Electronic Shadow, Vincent Fournier, Jeff Guess, David Guez, Lynn Hershman, Norbert Hillaire, Catherine Ikam & Louis Fleri, Eduardo Kac, Ulf Langheinrich, Jan Robert Leegte, Joanie Lemercier, Julien Levesque, Christophe Luxereau, Nicolas Maigret, Misha Margolis, Alexandre Maubert, Katherine Melançon, Mathieu Mercier & Sismo Designers, Naziha Mestaoui, Albertine Meunier, Robyn Moody, Pia MYrvoLD, Joseph Nechvatal, Catherine Nyeki, ORLAN, Guillaume Paris, Jacques Perconte, François Quevillon, Olaf Rauh, Vincent Rioux, François Ronsiaux, Antoine Schmitt, Marie Sester, Sliders, Christa Sommerer & Laurent Mignonneau, Edouard Sufrin, Samuel St-Aubin, Yann Toma, Trafik, Hugo Verlinde, Eric Vernhes, Jonathan Villeneuve, Gwenola Wagon & Stéphane Degoutin, Du Zhenjun.

Show Off Digital Art Fair

Galerie Vanessa Quang, Paris, du 17 au 21 octobre 2012

Show Off Digital Art Fair

Show Off est une foire d’art contemporain digital à la scénographie ouverte.

ARTISTES _ Burak Arikan, Samuel Bianchini, Christophe Bruno, France Cadet, Grégory Chatonsky, Miguel Chevalier, Stéphane Degoutin & Marika Dermineur, Pascal Dombis, Reynald Drouhin, Félicie d’Estienne d’Orves, Christian Globensky, David Guez, Eduardo Kac, David Letellier, Julien Levesque, Albertine Meunier, Julie Morel, Joseph Nechvatal, Stéfane Perraud, RYbN, Société Réaliste, Olivier Ratsi, Antoine Schmitt, Michael Sellam, Christa Sommerer & Laurent Mignonneau - Flavien Théry, Lydia Venieri, Du Zhenjun.

Formes latentes

Ars Longa, Paris, du 13 novembre au 10 décembre 2008

Latent Shapes

« La démocratisation des appareils photo numériques contribue à nous submerger d’images. Le problème n’étant plus de faire des photos, mais bien de les regarder », explique l’artiste programmeur Cyrille Henri. Ce dernier, lorsqu’il voyage en train de Paris à Valence ou de Paris à Orléans, s’équipe d’une caméra numérique qui prend d’innombrables photographies, à raison de trente par seconde. Puis, de retour dans son atelier, Cyrille Henri les assemble à l’aide d’un algorithme qui ne préserve qu’une ligne verticale de pixel par prise de vue. La première ligne, à gauche, représente le départ alors que la dernière, à droite, l’arrivée. La convention qui veut que l’on écrive de gauche à droite est donc respectée. Il faut entre mille et deux mille instants pour reconstituer l’image d’un trajet sous la forme de sa compression temporelle. Les tirages ainsi obtenus sont autant de voyages racontés. Ici, le train a ralenti, s’est arrêté durant le temps de quelques pixels et puis est reparti. Le ciel était bleu le 10 juin 2006 entre Paris et Compiègne. On remarque de nombreux points noirs sur “Paris Valence”, ce sont les fils électriques qui suivent les voies de chemin de fer en oscillant de haut en bas. Des reflets de l’intérieur du wagon viennent se surajouter au paysage du “Paris Orléans” où cohabitent ainsi deux points de vue opposés. De ces compressions temporelles, naît l’expression d’un étirement horizontal qui évoque la gestualité de peintres, tel Gerhard Richter, qui étire la matière picturale.

ARTISTE _ Cyrille Henry.